mardi 22 janvier 2019

[Initiative Citoyen] Sea-Ice Greenland : une expédition scientifique et pédagogique au Groenland

 

Guilhem Pouxviel (diplômé AgroParisTech) et Guillaume Bertocchi (docteur en Physique et enseignant en Belgique) remontront la banquise du Groenland par la côté nord-ouest sur plus de 300 km à ski-pulka[1] entre les villages d’Upernavik et de Kullorsuaq dès mars, deux mois durant. « Nous traverserons neuf communautés Inuit afin d’en apprendre plus sur leurs pratiques de chasse et de pêche ainsi que sur les changements environnementaux à l’œuvre dans cette région de l’Arctique » indique Guilhem Pouxviel. A cela s’ajoutent une mission pédagogique impliquant des classes de primaire situées en France, en Belgique et au Groenland, ainsi qu’une mission de valorisation avec la réalisation d’une websérie, d’un petit film et d’une exposition photo à l’issue du projet.

[1] La pulka est le traîneau traditionnel des expéditions polaires.

 

Interview avec Guilhem Pouxviel, diplômé AgroParisTech, porteur du projet Sea Ice Greenland.

Où en êtes-vous aujourd’hui ? 

 « Nous nous consacrons actuellement à la préparation matérielle et logistique de l’expédition : discussions avec les différents partenaires de nos besoins matériels, organisation du fret et de notre venue sur place, etc. Nous sommes également en lien avec les différentes classes partenaires pour développer la partie éducative du projet et proposer des activités permettant des échanges ludiques entre les élèves. D’autre part, nous avançons sur la partie scientifique qui demande de la préparation en l’amont ainsi que sur la réflexion des différents rendus que nous souhaitons construire à l’issue de l’expédition. Il faut aussi trouver du temps pour maintenir une activité physique régulière, pour tester le matériel et réaliser des entraînements dans des conditions proches de celles du Groenland ! »

 

Comment la Fondation AgroParisTech vous a-t-elle aidés ?

« Les fonds débloqués [par la Fondation AgroParisTech] vont nous permettre de prendre en charge une bonne partie des frais de déplacement ». Guilhem Pouxviel ajoute : « c’était aussi important pour moi de pouvoir allier la Fondation AgroParisTech à ce projet car il a surtout été développé dans le cadre de mes études à AgroParisTech. Il était donc intéressant de pouvoir associer une partie de l’image de l’école au projet et de pouvoir faire connaître un exemple de mise en application des compétences que l’école nous permet d’acquérir tout en rejoignant des valeurs d’avenir auxquelles nous sommes attachés et qui sont portées par l’Initiative Citoyen de la Fondation ».

 

Quels sont vos objectifs de demain ? 

« Nous savons que nous devrons être prêts à faire face à l’imprévu. De la même manière que les communautés Inuit depuis des millénaires, nous devrons placer la notion d’adaptation au centre de notre aventure ». En effet, le changement climatique rend de plus en plus difficile la prévision des conditions météorologiques ou de banquises, il faudra donc être capables de réagir et de s’adapter à différents cas de figure.

« L’après projet sera aussi une phase intéressante pour nous. Il faudra alors travailler à la valorisation de ce que nous aurons rapporté (photos, vidéos, enquêtes), construire les différents supports audiovisuels et certainement démarrer un premier travail sur les données de sciences humaines collectées ».

 

Facebook : @sea.ice.greenland

Instagram : seaicegreenland

Blog : https://seaicegreenland.wixsite.com/sea-ice