Partager

vendredi 29 mai 2020

Impulso : l’entrepreneuriat à l’autre bout du monde

 

Micro-entrepreneuriat en Amérique latine

L’association Impulso accompagne des micro-entrepreneurs d’Amérique Latine dans le développement de leur activité et propose à chacun un suivi sur plusieurs semestres. Chaque semestre, durant cinq à six mois, cinq binômes d’étudiants en césure ou en fin d’études partent au Nicaragua, au Guatemala, en Equateur, au Pérou ou au Honduras. Ils sont préalablement formés par Impulso et ses anciens à la micro-finance et au micro-consulting. L’association espère ainsi pouvoir s’implanter dans d’autres pays dans les années à venir, comme le Mexique et la Colombie.

 

 

Cette année, ce sont Guyonne Des Rieux et Colombe Goiffon qui sont parties à Otavalo, en Equateur, début 2020 avec le programme d’accompagnement agricole de l’association. En tant qu’agro-ingénieures, leur mission était d’accompagner une dizaine d’entrepreneurs dans la gestion financière et technique de leurs entreprises pour en renforcer la résilience. Cela s’est fait notamment en trouvant des solutions en matière d’irrigation, d’obtention de matières premières ou de commercialisation des produits. L’objectif étant bien sûr l’amélioration des conditions de vie des entrepreneurs et de leurs familles.

 

Les premières semaines de séjours sont pour tous les binômes consacrées à la rencontre avec les micro-entrepreneurs, dans le but de tisser une relation de confiance autour de laquelle la relation professionnelle s’établira. C’est aussi la période de prise de contact avec les instituts de microfinance. Le rôle d’Impulso consiste entre autres à trouver des organismes fiables aux taux d’intérêts décents (- en Equateur, on les trouve entre 20 et 500 %, qui entrainent surendettement et accumulation de microcrédits ! -) et à aider les entrepreneurs dans l’usage des crédits. 

 

Avant de partir, se préparer !

Les trois mois qui précèdent le voyage sont cruciales pour Impulso. C’est d’abord un moment de préparation intellectuelle durant lequel l’association forme ses binômes : microfinance, micro-consulting, gestion de projets. Ensuite, l’équipe constitue son portefeuille de microcrédits pour les instituts de microfinance à contacter une fois sur place. Enfin, et pas des moindres, c’est surtout un temps de récolte de fonds. Une fois l’argent récolté, l’association est certaine que son voyage se passera dans les meilleurs conditions. Elle en profite également pour réserver une part qui sera octroyée sous forme de prêts à quelques entrepreneurs en grande difficulté. 

 

La Fondation AgroParisTech, en leur accordant 1 500 euros, aura permis leur départ, mais surtout leur retour précipité.

 

 

Ambitions et pandémie…

Pandémie oblige, le binôme a dû être rapatrié après seulement deux semaines de mission. Vivant chez l’habitant, elles ont néanmoins pu découvrir la culture Kichwa, majoritaire à Otavalo, et le célèbre marché artisanal de la ville. Elles ont également pu rencontrer quelques instituts de microfinance avant de faire leurs bagages. Elles espèrent toutefois pouvoir apporter leur aide à distance aux micro-entrepreneurs qu’elles devaient accompagner.

 

Guyonne et Colombe sont rentrées et conseillent actuellement le binôme en formation qui reprendra le flambeau en Equateur ! 

 

Nous leur souhaitons bonne chance ! 

 

Retrouvez plus d’informations sur: Impulso